Friday, November 08, 2013

Letter 39: La Légende de Yéghéguiss (Եղեգիս, Yeghegis en anglais)




Lettre 39: La Légende de Yéghéguiss (Եղեգիս, Yeghegis en anglais)©
vendredi 8 novembre 2013
 
Il y avait une fois, il n’y avait pas une fois, il y avait©© un petit roseau amoureux de sa voisine, une rivière.
Il était maigre et pas beau, elle était jolie et fière.
Jour et nuit le petit roseau chantait des histoires d’amour à sa voisine.
Et, comme elle se sentait très gracieuse, elle se faisait coquette et prêtait la sourde oreille à son sifflotement qu’elle trouvait étrange. Au printemps, elle devenait assourdissante, en se moquant de ses avances et allait se jetter dans le lit de l’Arpa (confluent de l’Araz, 5 kms plus loin).
Elle le taquinait souvent dans ces périodes printanières en sortant capricieusement de son lit pour lui chatouiller les pieds. Le petit roseau en était tout comble et attendait impatiemment le retour du printemps pour ce contact avec sa maîtresse.
 Un jour une bande de cavaliers fous venant de l’Est, mirent la vallée à feu et à sang.
Le petit roseau terrifié, se déracina et courut se jeter dans la rivière.
La rivière en était toute rouge.
Et c’est là, dans cette atmosphère apocalyptique, qu’ils ont couché ensemble, à la belle étoile, pour la première fois.
Ce fût la dernière : Car, le petit roseau mourût dans les bras de sa rivière.
 
 Il ne sifflera plus, notre yéghéguic (petit roseau) comme quand le vent descendu du haut de Sis et de Masis lui faisait courber la tête. Et depuis, la rivière se dédia à 'son' roseau et se fit appeler Yéghéguiss (qui signifie 'à mon roseau')
On ne saura jamais si cette légende a bien donné le nom à la rivière Yéghéguiss (Yéghég = Roseau, iss = possessif datif) ou si c’est Yeghegnadzor (Yeghég = roseau, dzor = vallée) … qui s’appelait Yéghéguic ápetit roseau Եղեգիկñ©©© avant la conquête Seldjoukide, qui est à l’origine de cette histoire romantique.  On ne voit en effet que très peu de roseaux sur le bord de la Yéghéguiss. A-t-elle déjà séduit tous ses amants?
Antoine S. Terjanian
J’y suis allé pour déplacer des montagnes, et pourquoi pas, des rivières aussi

© Tous droits réservés. La reproduction de ce texte est permise avec reconnaissance complète.
© All rights reserved. This letter can be reproduced with full acknowledgements.


© see Letter 33 for a slightly different English version
©© Et non pas ‘il était une fois’ car c’est ainsi (mot-à-mot) que commencent les contes en arménien.
©©© Yeghegnadzor a changé plusieurs fois de nom. Elle fût nommée Mikoyan (au nom d’Anastase Mikoyan, le Président du Soviet Suprème : Անաստաս Հովհաննեսի Միկոյան) et sa statue adorne encore le jardin public central de cette ville. Durant la période Seldjoukide elle se fit appeler Keshishkend (le patelin du prêtre).

No comments:

Post a Comment